Olivier COMPERE Architecture

Musée de la Canne 2001

- FOR

Conseil Régional de Martinique


- TYPE

Aménagement paysager


Maître d’ouvrage : Conseil Régional de Martinique
Maître d’œuvre : Olivier COMPERE architecte DPLG
Paysagiste : Frank SORT
Bureau d’études techniques : BET JOS
Bureau de contrôles : VERITAS
Année : 2001
Durée des travaux : 3 mois
Montant des travaux : 106 000 € HT

Les travaux d’aménagement du jardin de la Maison de la Canne ont consisté en la réalisation :

  • d’une passerelle piétonne permettant de relier le musée à l’aire où est exposée la locomotive existante,
  • d’une placette et de circulations piétonnes nécessaires à cette liaison,
  • du traitement paysager d’accompagnement à cette promenade.

Il s’est agit de réaliser une passerelle métallique adaptée à l’esprit du lieu, dans la lignée des constructions métalliques et ouvrages d’art de la fin du XIX ème siècle.

Les éléments de la passerelle ont été réalisés en profils et tôles rivées. Les garde-corps sont constitués d’un claire voie de fers plats rivés en croisillon. Le platelage ajouré a été réalisé en bois de Guyane (ébène verte).

La placette devant le musée est constituée d’un dallage de pierres en '‘opus incertum’' avec joints engazonnés. Les cheminements piétons ont été réalisés en béton avec incorporation de brique pilée provenant des restes de casse de la briqueterie des Trois Ilets.

Pour le visiteur arrivant du parking par l’allée bordée de cocotiers, la perspective sur les bâtiments du musée est agrémentée de palmiers '‘bouteille’' montant la garde à l’entrée de la salle des collections et l’accès à la passerelle.

En fond de scène du musée, a été planté un arbre remarquable de type '‘Samanea’' sur un parterre de gazon en '‘evergreen’' accompagnant le visiteur jusque sur les berges de la rivière.

Toujours pour l’arrivant et afin d’enrichir la perspective sur la passerelle et la nouvelle aire de promenade, les berges opposées au musée ont été parsemées de bambous nains '‘Phyllossachys’'.

De part et d’autre de la passerelle, côté musée, les berges ont été plantées de lauriers roses '‘roses’' doubles odorants '‘Nerium oleander’' qui viendront souligner et adoucir l’architecture de pierre de l’annexe au musée.